Blog François Brousse

Mage / Prophète

Catégories

Catégories

Revue Agni N°13-14 – Automne 1956-Hiver 1957

RÉFLEXIONS D’UN INITIÉ SUR MICHÉE LE PROPHÈTE

« Le prophète Michée »

Michée ! Ce nom prestigieux pose une question. Il veut dire : Qui est semblable à Jéhovah ? Forme interrogative, non négative.

Ce n’est pas un refus devant la théorie qui assimile l’esprit de l’homme à l’esprit de l’Éternel. Mais c’est un sourire hautain devant l’outre­cuidance des profanes qui, satisfaits d’une vague étincelle de savoir, osent toucher le voile du Temple.

lire plus

Revue Agni N°15 – Printemps 1957

RÉFLEXIONS D’UN INITIÉ SUR MICHÉE LE PROPHÈTE

« Le Serpent qui se mord la queue »

Michée possède la loi qui fait ressembler la mort à la naissance, la fin au commencement. Le visage du nouveau‑né est ridé comme celui du vieillard. Quand un cycle touche au déclin, il reprend l’apparence du début. Au couchant resplendissent à nouveau les couleurs de l’aurore.

lire plus

Revue Sources Vives N°2 – Juin 1957

« FRANÇOIS BROUSSE VIENT D’ÉCRIRE UN NOUVEAU JOYAU, LA HARPE AUX CORDES DE LUNE »

Article de René Espeut

[…] Autant de fois qu’il me sera permis de rendre grâce à mes aurores, ma mémoire, fidèle, gardera le souvenir des accents beethovéniens exhalés par La Harpe aux cordes de Lune, ce dernier joyau de François Brousse. Les princes de la critique l’ont déjà salué : « Il y a du mage dans cet homme au très grand talent » a pu écrire M. A-P. Ségalen…

lire plus

Revue Sources Vives N°13 – Automne 1959

« Ézéchiel, mage chaldéen »

Article de René Espeut

Comme le prisme décompose la lumière pour nous montrer qu’elle est ­tissée des sept couleurs de l’arc‑en‑ciel, François Brousse, exégète, philosophe et penseur, a projeté sur le vélin les feux du mage Ezéchiel, vus à travers la gemme d’un kabbaliste.

Et, tel Sardanapale le monde au‑dedans d’une topaze, l’auteur a pu traduire, sous un aspect inattendu et vrai, le message d’un des prophètes les plus énigmatiques de l’Ancien Testament.

lire plus

Revue Sources et Flammes N°8 – Automne 1981

Les Clés de Nostradamus, 2e éd., quatrième trimestre 1981

Bref avertissement

L’étrange kabbaliste astrologue qui, en 1555, fit paraître les Centuries, jeta dans l’avenir un écho prodigieux qui s’amplifie toujours. Nostradamus, par sa race et son génie, appartient à la famille des grands prophètes qui remplissent la Bible de leurs visions retentissantes.

lire plus

Revue Dialogues N°31 – Juillet 1982

« Remarques hâtives sur quelques grandes questions »

III- Le prophète

Le prophète apporte toujours des vérités inédites, ce qui hérisse les traditionalistes, lesquels pensent avec le cerveau de leur grand‑père – c’est d’ailleurs pourquoi le prophète vient sur la Terre –, il apporte toujours une lumière nouvelle. Les révélations qu’il transmet ne se trouvent nulle part, pas plus dans le gnosticisme ou la kabbale ou la théosophie ou l’enseignement du tibétain ou dans le prétendu Agni‑Yoga (je laisse de côté le vrai). Les révélations du prophète ouvrent toujours des horizons non seulement sur les mondes parallèles mais aussi sur les secrets ineffables de Dieu.

lire plus

Revue Dialogues N°33 – Octobre 1982

Les nouveaux oracles du Voyageur des siècles [Saint-Germain] (II / II)

[…] XXI – Deux figures gigantesques dominent l’Ancien Testament : Moïse et Salomon. Les livres de Moïse découverts par Esdras ont été mal traduits par lui, et les grands principes abstraits sont devenus des personnages à la vie cruelle ou absurde. Il n’empêche que les manuscrits primitifs avaient une allure surhumaine et communiquaient avec les énergies de l’étoile Polaire. Quant aux écrits de Salomon…

lire plus

Le Baiser de l’archange – 1993

Novateur

Contre les monstres au front morne
Le novateur porte l’assaut
Des étoiles et des licornes
Son sein brûlant contient le sceau.

Il abolit toutes les bornes
Il protège les grands berceaux

lire plus

La Mort du Mahatma Gandhi – éd. 2008

Arbres, pourquoi pleurer dans la forêt profonde ?
Hélas ! Nous gémissons sur le chêne du monde,
Celui qui dans son ombre auguste maria
Le rêve du brahmane aux pleurs du paria.

Ô vents, pourquoi pleurer sur les neiges lointaines ?
Hélas ! nos luths errants plaignent la Grande Haleine,
Le souffle éblouissant qui versait dans les cœurs
Ulcérés par la Terre, un idéal vainqueur.

lire plus

Vates

Je m’enfonce dans le lointain
Avec la divine imprudence
Des conquérants du ciel latin
Envoyés par la providence
Pour briser les sceptres hautains
Et ressusciter l’espérance.

lire plus

L’Inconnu

Je suis le dieu du bien, je suis le dieu du mal
J’erre, étranger masqué, dans la cohue humaine.
Sous un double rayon d’archange et d’animal,
Un caprice inconnu vers les hauteurs me mène.

lire plus

Retraite

Je serai une âme discrète
Dans une montagne secrète
Jusqu’à ce que le grand milan
M’emporte au coeur du firmament.

Laissons la Terre épouvantable
Se vautrer sous l’immonde table

lire plus

Saint Valentin

Valentin, mage fulgurant,
Valentin, saint des amoureux
Poudre d’or et de diamant,
T’apportent mes plus tendres voeux,
En attendant de te serrer
Entre mes bras émerveillés,
Mes pensers, divine princesse,
Vers toi se dirigent sans cesse

lire plus

François Brousse un sage de bonne compagnie – 19 août 1986

La sagesse est la découverte des secrets essentiels du monde et, en même temps, de pouvoir réaliser dans son corps et dans sa vie… Un sage peut surgir à n’importe quelle période de l’histoire. En Inde, comme en Occident. Ce propos est de François Brousse, le sage cata­lan.

Un but : la connaissance « inté­grale et parfaite » de la Vérité qui est « immuable et invariable », toujours métaphysique. Une éthique : essayer de développer l’Esprit « qui est en nous. » Le développer par tous les moyens, l’intelligence, l’intuition et le sens esthétique…

lire plus