François Brousse l’Enlumineur des mondes

de Jean-Pierre Wenger

En collaboration avec Thomas harlay

Clamart, Saint-Cloud, Danicel productions, 2005 – 29 euros

Quatrième de couverture

Né en 1913 à Perpignan, François Brousse y déroule une jeunesse studieuse parallèlement à une exceptionnelle créativité poétique amorcée dès l’âge de 10 ans. Jeunesse en partie secrète puisque ce n’est que bien plus tard qu’il révèlera ses expériences spirituelles : rencontre avec Aton, Apollonius de Tyane, Shamballa, Cajzoran Ali.

Il enseignera la philosophie tout au long de sa vie. La fréquentation assidue de Nostradamus et la méditation enthousiaste des textes hugoliens l’amènent à prophétiser en mai 1939 le paysage du second conflit mondial et son dénouement, l’écroulement du Fascisme. Dans les années 1940, ses découvertes de cycles dans l’Histoire lui révèlent le devenir de l’humanité avec une période très critique aux environs de l’an 2015.

Enlumineur, il l’est par son regard à la recherche de planètes inconnues aux confins de notre système solaire et par son Manifeste de la Quatrième Dimension (1950) qui définit le cadre de son écriture poétique.

À partir de 1960, il s’adonne aux conférences (plus de 400 répertoriées) et anime une forme de café philosophique où il stimule le questionnement dans une démarche tant dialectique qu’intuitive.

Brandissant la torche de l’idéal, François Brousse éclaire le parcours humain par l’affirmation d’une âme immortelle qui s’incarne en des formes passagères jusqu’à ce qu’elle s’identifie au cosmos tout entier dans une démarche de Sagesse, d’Amour, de Puissance, de Joie et de Beauté. Elle est aidée en cela, selon l’expression de V.Hugo, par des Mages qui sillonnent l’histoire des peuples et qui composent ce que F.Brousse appelle l’Aggartha.

Quatrième de couverture

Né en 1913 à Perpignan, François Brousse y déroule une jeunesse studieuse parallèlement à une exceptionnelle créativité poétique amorcée dès l’âge de 10 ans. Jeunesse en partie secrète puisque ce n’est que bien plus tard qu’il révèlera ses expériences spirituelles : rencontre avec Aton, Apollonius de Tyane, Shamballa, Cajzoran Ali.

Il enseignera la philosophie tout au long de sa vie. La fréquentation assidue de Nostradamus et la méditation enthousiaste des textes hugoliens l’amènent à prophétiser en mai 1939 le paysage du second conflit mondial et son dénouement, l’écroulement du Fascisme. Dans les années 1940, ses découvertes de cycles dans l’Histoire lui révèlent le devenir de l’humanité avec une période très critique aux environs de l’an 2015.

Enlumineur, il l’est par son regard à la recherche de planètes inconnues aux confins de notre système solaire et par son Manifeste de la Quatrième Dimension (1950) qui définit le cadre de son écriture poétique.

À partir de 1960, il s’adonne aux conférences (plus de 400 répertoriées) et anime une forme de café philosophique où il stimule le questionnement dans une démarche tant dialectique qu’intuitive.

Brandissant la torche de l’idéal, François Brousse éclaire le parcours humain par l’affirmation d’une âme immortelle qui s’incarne en des formes passagères jusqu’à ce qu’elle s’identifie au cosmos tout entier dans une démarche de Sagesse, d’Amour, de Puissance, de Joie et de Beauté. Elle est aidée en cela, selon l’expression de V.Hugo, par des Mages qui sillonnent l’histoire des peuples et qui composent ce que F.Brousse appelle l’Aggartha.

Article dans la revue mensuelle Soleil levant