Lettre d’information

Lettre mensuelle – Janvier 2022

François Brousse

Un sage de bonne compagnie

Belle et heureuse année 2022

 Il reste très peu de lustres
Pour rénover le genre humain
Mais cette mission illustre
Embrase tous nos chemins.

 24 septembre 1995
François Brousse
Le Pas des songes, Clamart, Éd. La Licorne Ailée, 2001, p. 206

Thème du mois : LE KALI YUGA

Nous vivons actuellement dans l’âge de fer, que les hindous appel­lent aussi le Kali Yuga, et qui a commencé approximati­vement avec la période de Krishna, vers 3100 av. J.‑C. Nous assistons, en quoi il est intéressant de connaître les grands cycles, au dernier couchant de l’humanité.

La civilisation actuelle touche à sa fin. Elle disparaîtra soit en se transformant, ce que j’espère, soit en étant détruite dans une effroyable catastrophe thermonucléaire, ce que je crains. […]

François Brousse
L’Astrosophie ou la Science divine des étoiles, Paris, Éd. Dervy-Livres, 1989, p. 19

CYCLE

Le Krita Yuga ne dure qu’un million sept cent vingt-huit mille années. C’est la splendeur divine. Le Treta Yuga dure moins encore : à peine un million deux cent quatre-vingt-seize mille années. C’est la splendeur céleste. Le Dvapara­ Yuga s’amincit toujours : il passe en huit cent soixante-­quatre mille années. C’est la splendeur humaine. Mais le Kali Yuga, le dernier âge, se contente de quatre cent tren­te-deux mille années. C’est le règne des démons. […]

François Brousse
La Trinosophie de l’étoile Polaire, Clamart, Éd. La Licorne Ailée, 1990, p. 108

Maître à l’honneur ce mois-ci
KRISHNA (~-3300 av. J.-C.)

Krishna vint rappeler aux peuples les vérités fondamentales : l’existence du Verbe solaire, sa descente périodique dans les sauveurs du monde, la loi des transmigrations, enfin, l’amour libérateur qui unit l’être humain à l’être universel.

La vie de Krishna semble un doublet prophétique de la vie du Christ. Son nom d’abord : Jes Krishna ou Krist‑na ; c’est presque Jésus‑Christ.

Des voix mystérieuses annoncent à sa future mère qu’elle enfantera le maître du monde. Il naît d’une vierge au pied du mont Mérou, dans la forêt prodigieuse. Il échappe au massacre des enfants de son âge, dirigé contre lui par le tyran Ramsa. Il vit en exil, parmi les bergers qui l’adorent. Deux sœurs, Sarasvati la pécheresse et Nishdali l’extatique, s’attachent à ses pas. Il parcourt le monde, prêche une morale parfaite, analogue à celle de Jésus. […]

Il meurt, percé de flèches, contre un arbre, en murmurant des paroles de consolation. Enfin, il monte au ciel, tout rayonnant, tandis que les ténèbres couvrent la Terre épouvantée.

François Brousse
La Coupe d’Ogmios, Clamart, Éd. La Licorne Ailée, 1993, p. 86-87

N’oublions pas un détail particulier qui marque le Kali Yuga, l’âge noir, l’âge des ténèbres, l’âge d’obscurantisme dans lequel nous sommes, c’est la démission de toute liberté.

Les humains, fatigués d’être libres, donnent tous leurs pouvoirs à un chef autoritaire ou à un dictateur absolu.

 

François Brousse
Le Livre des révélations, t. 2, Clamart, Éd. La Licorne Ailée, 1992, p. 47

Seul, un messa­ge d’amour et de sagesse peut faire reculer les dragons de l’Apocalypse. Deux forces énormes, deux fatals rouages, conduisent l’humanité vers les abîmes du soufre : la pensée de haine et le carnivorisme.

Ces deux chevaux ténébreux hennissent vers la mort des civilisations.Sans doute, notre âge incarne le Kali Yuga, la période ultime où doivent se dissoudre toutes les grandeurs et toutes les splendeurs, tous les aciers et tous les diamants. Néanmoins, une petite flamme indestructible veille toujours. Par la compréhension des grandes lois, on peut essayer d’écarter les nuages terribles.

La pensée se présente aux yeux du mage comme l’énergie suprême, le pouvoir illimité. C’est la pensée de Dieu et de l’homme qui a créé le tourbillon gigantesque de l’univers, depuis l’amibe rampante jusqu’aux galaxies avec leurs milliards de soleils. Mais la pensée peut aussi bien détruire que créer, elle porte dans sa main droite l’épi de blé fécondateur et dans sa main gauche la hache capable d’anéantir les mondes.

La pensée‑amour émane l’infini des étoiles. La pen­sée‑haine suscite le vide dévorant. Vos pensées de colère, de fureur, de rancune, vos souhaits de douleur et de des­truction se réalisent inévitablement. Toutes ces vapeurs délétères s’amalgament en nuées d’où tombent les guerres étrangères et civiles, les épidémies, les pollutions, les catas­trophes dites naturelles. Vous êtes responsable de vos pen­sées négatives : elles rongent l’édifice de l’être.

Pour empêcher la cristallisation de ces horreurs flot­tantes il faut supprimer autant que possible la naissance des pensées de haine. Il faut aussi leur opposer des pensées d’amour, sous forme de bénédictions bouddhiques. Souhaitez du fond du cœur que tous les êtres soient heu­reux, au nord, au sud, à l’est, à l’ouest, au nadir et au zénith. Vous devenez de cette sorte une lampe d’inépuisable chari­té, répandant une lumière pacificatrice sur la Terre.

Cette pratique, au moins une fois par jour, prépare la concorde universelle entre les nations et les humains.

Quant au carnivorisme, il touche à la base de l’équi­libre cosmique. Homme et animal sont liés comme les deux plateaux d’une balance dans l’harmonie souveraine de la vie. L’homme a été institué berger de la planète, s’il en devient le boucher, l’ordre universel se venge. Nulle souf­france, nul meurtre, ne demeure sans écho dans la plénitude de l’abîme. La Justice impassible pèse tout impartialement, selon un poids à la fois quantitatif et quali­tatif. À tant de douleur et d’existence animale correspond tant de douleur et d’existence humaine. Le rapport reste mystérieux, mais il existe aussi sûrement que le soleil.

Donc, en tuant et torturant les bêtes – vous le faites sous un vain prétexte d’alimentation –, vous répandez à pleines mains la mort et la peine parmi les hommes. Si vous désirez arrêter les guerres entre les peuples, commencez par arrêter la guerre contre l’animal. Abandonnez la cruau­té carnivore, adoptez la douceur végétarienne. Le végétal ne souffre pas ; il se dilue dans l’âme collective de son espèce. L’animal souffre, il possède une âme autonome.

Soyez les frères des animaux, et les anges qui veillent aux destinées seront vos frères.


François Brousse
Revue BMP N°60, sept. 1988

Page d’accueil

Qui est François Brousse ?

François Brousse (1913-1995) amorce dès son plus jeune âge une créativité poétique hors du commun et laisse à la postérité plus de cinq mille poèmes.
Professeur de philosophie dans le Languedoc-Roussillon, il est une figure marquante du pays. Doté d’un esprit encyclopédique, il est l’auteur d’une centaine d’ouvrages : poèmes, romans, contes et essais (exégèse, histoire, astronomie, métaphysique, ésotérisme). Humaniste d’une profonde culture, il montre un intérêt insatiable pour l’art et la philosophie.

Poème

LE BONHEUR

 

Une trinité de démons

A couvert la hauteur des monts

Hitler et Mao et Staline

Leur monstruosité féline

Ensanglante les minarets

Ils composent une forêt

Où le cauchemar sombre rôde

Sous l’œil des vautours en maraude

Le passé colosse renaît

Dans ses fatales destinées…

La cloche de la fin des temps

Ressuscite les noirs titans

Pour échapper à leur étreinte

Il convient d’étrangler la crainte

Et de rouvrir l’immense bal

De l’inconcevable idéal.

Ainsi sur les tragiques Romes

Reviendra le parfait Plérôme

Et les peuples s’éveilleront

À l’appel des divins clairons

Sous les étoiles stupéfaites

Le bonheur couvrira les faîtes.

1er février 1994


François Brousse

Rencontre avec l’Être, Clamart, Éd. La Licorne Ailée, 1995, p. 201

Pensez à vous inscrire à la lettre mensuelle d’information

Toutes les lettres d’information

Lettre d’information – Janvier 2022

Lettre mensuelle – Janvier 2022

Thème du mois : LE KALI YUGA

Nous vivons actuellement dans l’âge de fer, que les hindous appel­lent aussi le Kali Yuga, et qui a commencé approximati­vement avec la période de Krishna, vers 3100 av. J.‑C. Nous assistons, en quoi il est intéressant de connaître les grands cycles, au dernier couchant de l’humanité. La civilisation actuelle touche à sa fin. Elle disparaîtra soit en se transformant, ce que j’espère, soit en étant détruite dans une effroyable catastrophe thermonucléaire, ce que je crains. […]

lire plus

Lettre d’information – Décembre 2021

Lettre mensuelle – Décembre 2021

Thème du mois : L’ANDROGYNAT

Il y a des êtres qui sont très exactement nos complémentaires, avec qui nous pouvons commencer un véritable androgynat.
Ces êtres, nous les voyons de siècles en siècles, d’incarnation en incarnation. Ils reviennent en même temps que nous, tantôt dans un sexe tantôt dans un autre, et nous aboutissons, en fin de compte, à une union parfaite, à la construction de l’hermaphrodite divin, et toutes les incarnations sont immédiatement arrêtées.

L’Évangile de Philippe de Lyon, Clamart, Éd. La Licorne Ailée, 1994, p. 134

lire plus

Lettre d’information – Novembre 2021

Lettre mensuelle – Novembre 2021

Thème du mois : L’ÈRE DU VERSEAU

Certains futurologues ont dit, avec un merveilleux optimisme auquel je rends hommage, que l’ère du Verseau dans laquelle nous entrions, nous amène vers un monde ado­rable de bonheur, de joie, de développement mental et spirituel.

Le spectacle actuel nous montre combien de telles affirmations apparaissent au moins exagérées.

François Brousse
Conf., 6 nov. 1979, Perpignan

lire plus

Lettre d’information – Octobre 2021

Lettre mensuelle – Octobre 2021

Thème du mois : LES MONDES PARALLÈLES

Nous avons 777 mondes parallèles, si l’on peut dire, et notre véritable conscience est dans la continuation de tous ces mondes et, en même temps, dans leur embranchement.

Cela est vrai pour ceux qui connaissent un maître et qui connaissent la théorie des mondes parallèles. […]

François Brousse

Entretien, Clamart, 26 juin 1991

lire plus

Lettre d’information – Septembre 2021

Lettre mensuelle – Septembre 2021

Thème du mois : LA PUISSANCE

En réalité, on s’imagine être séparés les uns des autres, mais nous sommes les reflets de la même puissance divine

François Brousse

Revue BMP N°191, septembre 2000

lire plus

Lettre d’information – Août 2021

Lettre mensuelle – Août 2021

Thème du mois : LA LIBERTÉ

La pensée du philosophe est fondée sur la liberté de l’esprit critique.

François Brousse

Revue BMP N°236-237, sept.-oct.2004

lire plus

Lettre d’information – Juillet 2021

Lettre mensuelle – Juillet 2021

Thème du mois : La JOIE

Deux chemins montent vers l’Être : « La souffrance et l’intelligence. »

Des milliards de vivants s’égarent et la douleur les ramène. Quelques intelligences demeurent dans la voie divine. Elles cheminent au milieu d’une joie épanouissante…
Homme, à toi de choisir !

François Brousse
Revue BMP N°18, décembre 1984

lire plus

Lettre d’information – Juin 2021

Lettre mensuelle – Juin 2021

Thème du mois : Le DOUTE

Q. : Quelle est l’origine du doute ?

F.B. : Je crois que c’est le manque de confiance en la Providence.

Si nous avions une confiance parfaite en la Providence, nous ne douterions jamais. Tout ce qui nous arrive est écrit par les dieux et tout est en train de se réaliser pour éveiller en nous la flamme immortelle du génie et de la transcendance.

lire plus

Lettre d’information – Mai 2021

Lettre mensuelle – Mai 2021

Première lettre d’information

Bonjour,

Vous recevez ce courriel car vous êtes inscrits.es à la lettre d’information du site Un sage de bonne compagnie, dédié au poète et philosophe français François Brousse (1913-1995).

THEMES : Pour mieux comprendre la pensée de cet auteur, chaque mois sera abordé un nouveau thème de prédilection de François Brousse.

lire plus