L’amour

Vénérer les génies, acte d’amour qui nous ouvre les chemins de la suprême connaissance. L’admiration et l’enthousiasme, figures ailées, nous transportent au zénith.

François Brousse

Revue BMP, N°77, avr. 1990

Pour atteindre l’Ineffable, chaque prophète nous offre son remède et tous rayonnent d’une efficacité surnaturelle :

Jésus proclame la loi d’amour : aimer Dieu et l’humanité. Vivre dans cette offrande pure, c’est la voie de la grande Délivrance.

Bouddha préfère la loi de sagesse : briser, par la méditation, la triple chaîne du temps, de l’espace, de la causalité. Ainsi s’ouvre le chemin du Nirvâna.

Plusieurs millénaires auparavant, Hermès Trismégiste, le prophète de l’Égypte, nous avait découvert le chemin de la Volonté : ne jamais laisser son âme vide, consacrer sa vie à une œuvre géante – Beauté ou Vérité –, s’épanouir dans le perpétuel enthousiasme…

François Brousse
Revue BMP, N°20, févr. 1985

Un matin viendra, ce sera la grande aurore où les hommes posséderont l’amour fraternel, l’intuition cosmique et la vision directe de Dieu.

Alors s’effondreront les chefs. À quoi serviraient‑ils dans un monde rempli d’amour ?

Alors s’effaceront les savants. Toutes les âmes liront la science parfaite dans le livre infini.

Alors disparaîtront les prêtres. Sans dogmes, sans superstitions, sans églises, les hommes verront Dieu face à face.

Les temps viendront de la suprême sagesse et de la béatitude.

François Brousse
Sub Rosa, Revue BMP, N°113-114, juin-juill. 1993

Quand on se trouve seul, perdu dans la nuit, il faut adresser des pensées d’amour aux êtres qui vous environnent, aux ténèbres, aux vents, aux arbres, aux pierres, aux étoiles, à la Lune.

L’amour est la clé qui ouvre toutes les portes.

Sous le rayonnement des pensées d’amour, le Destin ouvrira sa main terrible et vous laissera fuir.

François Brousse
Revue BMP, N°102, juill. 1992

L’amour humain, tourbillon de désirs égoïstes, ne subsiste que s’il a en lui une parcelle d’amour divin, un diamant de désintéressement, une lueur d’étoile.

François Brousse

Revue BMP, N°79-80, juin-juill. 1990

Pour aimer, il faut être deux.

Voilà pourquoi le Logos a formé les âmes où se développera l’amour divin.

Les âmes sont les épouses de Dieu.

François Brousse
Revue BMP, N° 123-124, juin-juill. 1994

STATUETTE

Petite statue d’or tu restes dans mon cœur

Et tu y resteras jusqu’à la fin des mondes,

Nos âmes sont unies par des flammes profondes,

L’amour, force de Dieu, est l’éternel vainqueur.

 

Deux cœurs qui s’aiment sont toujours l’un près de l’autre

La distance n’est pas, le temps n’existe plus,

Du sourire de Dieu nous sommes les élus,

Archange Amour, de toi nous devenons apôtres.

 

Le vent a beau gémir son pleur désespéré,

Le haut de mon esprit chante l’être adoré,

Mon attachement comme un mont jamais ne baisse.

 

Demeure de mes vœux toujours la dame abbesse.

Comme deux blancs oiseaux dans le bleu de l’été,

Nous nous envolerons vers les éternités.

François Brousse

La Rosée des constellations, Clamart, Éd. la Licorne Ailée, 1991, p. 208

De profondes facultés métaphysiques ne suffisent pas. Il faut, en plus, une chaleur, une vie, une flamme, le trésor de l’amour. Sans doute, la métaphysique pure mène à l’éternité. Mais l’initiateur doit y jeter les étincelles de l’enthousiasme. Sinon, son œuvre sera comme un château en ruines, magnifique sous le ciel crépusculaire et trop froid pour être habité.

François Brousse

Revue BMP, N°104, oct. 1992

À GINEVRA

Je t’aime sans limite

Je t’aime infiniment

Car mon bonheur invite

L’éternel firmament.

 

Comme un Bernard l’hermite

Je bois cet élément

Ainsi la Sulamite

Adorait son amant.

 

L’aube est ma soeur jumelle

Ma pensée s’entremêle

Au rire du printemps.

 

Dieu même quand il marche

Sous d’immortelles arches

Ne peut aimer autant !

7 mai 1993

François Brousse

Les Miroitements de l’infini, Clamart, Éd. La Licorne Ailée, 1994, p. 340

La meilleure méthode consiste, je crois, à pratiquer la Bénédiction bouddhique. Il s’agit d’envoyer consciemment des pensées positives d’amour à l’univers entier. Votre âme arihmanienne lentement se calme et s’apaise. […] Considérez‑vous comme étant le centre de l’univers. […] La Bénédiction bouddhique consiste à dire (en soi-même) :

Que tous les êtres soient heureux au nord,

Que tous les êtres soient heureux au sud,

Que tous les êtres soient heureux à l’est,

Que tous les êtres soient heureux à l’ouest,

Que tous les êtres soient heureux au nadir,

Que tous les êtres soient heureux au zénith,

Et que moi‑même je sois heureux (dans mon être fondamental).

Au moment où vous prononcez la Bénédiction bouddhique, vous êtes dans la plénitude complète de votre être. Et comme votre inconscient sait très bien que vous ne devez ni tuer, ni torturer, ni opprimer, il s’apaise. […] La pensée positive et constructive étant, heureusement, à peu près cent fois plus puissante que la pensée destructrice, elle la domine. […] Chaque fois que vous envoyez des pensées d’amour à l’univers, vous préparez votre destin futur qui sera heureux et vous préparez aussi le destin de l’univers, qui sera moins malheureux.

Certains gens éprouvent le besoin de monter sur un char et de s’en aller répandre la vérité aux quatre coins de la Terre. Leur œuvre est incontestablement positive, mais il suffit de rester là où vous êtes et d’envoyer des pensées d’amour à chaque instant. Vous disposez alors d’invisibles chevaux qui parcourent toutes les routes du monde, sans que votre présence physique soit nécessaire. Les missionnaires perdent leur temps et l’on peut même dire que les ordres contemplatifs sont beaucoup plus efficaces que les ordres actifs.

François Brousse

Revue BMP, N°62, nov. 1988, « Les trois purifications » (Extrait)

Autres textes sur l’amour