Blog François Brousse

Néant

Catégories

Catégories

Canon

Extrait

Il a perdu le nom
De sa première amante
Comme un coup de canon
Sur la mer écumante,

La flamboyante mante
Chasse l’impur démon
Un brigand se lamente
Sur le sein de Ninon.

lire plus

Les rosées

Combien d’humanités
Gisent au fond des mers !
Que de vastes cités
Dévorées par Omer !
Sous les hiéroglyphes
D’immenses coups de griffe
Ont lacéré les monts !
D’effroyables démons
Dominent les étages
Des Tyrs et des Carthages !
Mais rien ne peut briser
La chanson des rosées…

lire plus

Consolation

Extrait

Le vide de mon cœur retentit sombrement
Comme un noir souterrain où passe un vent sinistre,
Le livide néant a fermé mon registre…
Regarde la rondeur sacrée du firmament !

Ô Temps, le soleil pleure à l’ombre de tes ailes !
Ô Nuit, tes lourdes eaux noient le blé sidéral
Ô Mort, la lune tourne éperdue dans ton bal !
Pense au voyage bleu des âmes immortelles…

lire plus

Pensée divine

L’éloquence la plus brillante ne peut rien contre le sombre attrait du néant.
La mort, pour un athée désespéré, semble plus douce qu’une maîtresse. On peut dormir sans souci dans le creux de ses seins éternels !

lire plus

Qu’est ce qu’aimer ?

Réponse :

Mettre les autres avant soi-même. Habituellement, quand on agit, c’est d’abord nous, et les autres sont là pour nous suivre, s’ils le veulent bien, et s’ils ne veulent pas nous suivre, ils sont là pour être détruits…

Et le processus contraire ?

F.B. : Le contraire est précisément ce qu’on appelle aimer, c’est à dire, je suis là pour servir les autres, et je n’existe que pour que les autres soient en quelque sorte mes amis, mes amants, mes fidèles suivants et que je sois en même temps leur maître et leur servant.

lire plus

Choix

Un feu follet t’invite :
Jeune homme, marche vite
Vers ses yeux d’océan

Mais le Maître sublime
T’attend sur cette cime
Où rêvent les géants.

Choisis entre la gloire énorme et le néant.

lire plus

Pensée divine

Je regarde d’un œil étonné les matérialistes, qui croient avec désespoir au néant, et les catholiques, qui croient avec épouvante à l’enfer. Quel effroyable complexe de culpabilité grouille dans leurs entrailles, pour les empêcher de voir le Gange de miel et de feu, qui roule à travers les étoiles !

lire plus