Blog François Brousse

Victor Hugo

Catégories

Catégories

Guernesey

Extrait

J’ai visité à Guernesey
Ta caverne, ô roi des abîmes
J’ai contemplé tes pas intimes,
Sous un ciel d’aurore embrasé.

Les astres ouvraient leurs croisées
Sur les miraculeuses cimes.
Dans les soleils nous nous assîmes,
Nimbés d’une flamme irisée.

lire plus

Quelques-uns

Extrait

Il fut d’abord Rama
Perdu au fond des âges
Puis Krishna le parfait
Dans son verbe éclatant.

Orphée suivit ensuite
Maître des visions,
Le Bouddha aux yeux clairs
Vint agrandir les cieux.

lire plus

Qui n’aime pas…

Extrait

Qui n’aime pas Victor Hugo
Révèle une âme médiocre
Entend-il ce lointain tango
Qui n’aime pas Victor Hugo ?

lire plus

Recherches

Extrait

Pas un Mage n’est arrivé
Jusqu’au grand soleil qu’il rêvait
Pas un titan plein de colère
N’a brisé l’étoile polaire ;
Nul, pas même Milarépa,
N’a trouvé la clef du trépas ;

lire plus

Colombes et vautours

Extrait

Je ne me souviens plus du sonnet de Hugo,
Tant pis je vais en construire d’une autre manière.
Je récite des vers près des femmes altières
Qui me couvent parfois d’un bel oeil indigo.

Ainsi qu’un coq lascif essayant son ergot,
Je les caresse de maximes primesautières,
Et plus d’une souvent jette de ses paupières
Un regard prometteur qui flatte mon ego.

lire plus

Minerve

Extrait

Les dévoreurs de viande
Sont des fous dangereux
Mais notre âme demande
La compassion pour eux.

Prions pour ces errances
Au cerveau déphasé
L’énorme transcendance
Saura bien les briser.

Des planètes entières
Leur offriront l’amour
La connaissance altière
Abaissera leur tour.

lire plus

Les Secrets kabbalistiques de Victor Hugo – 1ère éd. 1985

Extrait

Les religions sont des vêtements divers d’une même déesse : la vérité. On la retrouve toujours une sous le bariolage des voiles multiples. Il suffit de contempler les cinq grandes religions de la terre : hindouisme, bouddhisme, judaïsme, christianisme, islam, pour s’apercevoir que ces différents flambeaux jettent la même lumière: existence de Dieu, réalité de l’âme, liberté et responsabilité de l’homme, nécessité de l’amour universel, mission civilisatrice des prophètes, la fleur des vérités cosmiques épanouit ses pétales, tandis que ses racines plongent dans l’infini.

lire plus

Expo « Victor Hugo vu par François brousse » – Perpignan, mai 2013

Présentation

Victor Hugo a la première place au panthéon des hommes qu’admirait François Brousse.

Coïncidence malicieuse du calendrier, le Théâtre de l’Archipel programme Lucrèce Borgia de Victor Hugo les 6 et 7 mai [2013], au moment où est célébré le Centenaire de la naissance de François Brousse à Perpignan. L’exposition reliera les deux événements et les deux hommes.

lire plus

Revue Destins N°38 – Juin 1949

« LE PROPHÉTISME HUGOLIEN » – Extrait

Les États-Unis d’Europe

[…] Depuis la guerre [Seconde Guerre mondiale], le continent est un désert sinistre où déferlent en hurlant, les deux Empires rivaux, la Russie et l’Amérique. Ces deux cyclopes veulent la do­mination de l’univers et ils allongent leurs mains rapaces sur l’Europe désarmée.

Devant l’ampleur du péril, les nations éparses ont un sursaut salvateur, l’idée fé­dérale commence d’émouvoir les masses populaires, les pays occidentaux songent enfin à s’unir !

lire plus

L’Avenir des Peuples – éd. 1945

Présentation

Le 25 janvier 1945, F. Brousse sous le pseudonyme de Charles Amazan publie L’Avenir des Peuples – Étude sur les Destinées du Monde, un livre d’une cinquantaine de pages qui rassemble plusieurs textes prophétiques : « Les Réveils de Lazare » (10 août 1936), « Les Tours de la Nuit » (1-6 mars 1939), « La Tour décapitée par la Foudre » (nov. 1939), La Chute de l’Aigle allemand (30 août 1944), « L’Esprit de Prophétie » (7-8 sept. 1944)…

lire plus

Dans la lumière ésotérique – 1ère éd. 1999

Tous les livres| Poésie | Essais | Romans | Revue BMP | Anciennes éditions | AutresDans la lumière ésotériqueClamart, Éd. La Licorne Ailée, 1999 – 19 eurosI – L’Orient                                                                                 11     Le Soleil Spirituel                                                                    13     La Voix Créatrice.                                                                    33     L’Illusion de...

lire plus

Revue Destin N°10 – Novembre 1946

INTUITION ET RAISON

« Milosz et Hugo, poètes – prophètes » (Partie 2) L’erreur de Milosz

Pour qu’une thèse rentre dans la sphère du vrai, il ne suffit pas de lui mettre une auréole aux fascinantes fulgurances, il faut encore qu’elle soit rationnelle. Or, la clé de l’Apocalypse, forgée par Milosz, est l’œuvre d’une imagination sans contact avec le réel. Les symboles frénétiques de saint Jean ont agi sur Milosz comme le marc de café et les tarots sur les voyantes. Ils ont déclenché l’essor de l’intuition prophétique.

lire plus

Revue Destins N°11 – Décembre 1946

INTUITION ET RAISON

« Milosz et Hugo, poètes – prophètes » (Partie 2)

[…] L’HOMME, PARCELLE DE DIEU

Milosz, comme tous les grands poètes, possède en son cœur une flamme divinatrice capable d’illuminer les ténèbres de l’avenir. Mais cette flamme est plus ou moins coloriée par des dogmes humains qui l’habillent de fantasmagories.

La découverte de l’énergie atomique est l’éclatante confirmation des sagesses orientales, qui voient dans l’homme une parcelle de Dieu.

lire plus

Revue Agni N°5 – Automne 1954

« Victor Hugo, prophète de la Seconde Guerre mondiale »

Deux erreurs à éviter dans le domaine mystique des prophéties : l’erreur matérialiste et l’erreur bigote. Les matérialistes considèrent les prophéties comme d’abominables superstitions, des bulles d’illusions et de folies, capables de fasciner des esprits rétrogrades. Les bigots, encore plus tranchants, affirment que les véritables prophéties existent seulement dans les cadres de leur religion ; les autres proviendraient de coïncidences ou de tromperies démoniaques.

lire plus

Ivresses et Sommeils – 1ère éd. 1980

Préface

Quand on relit un recueil de Hugo – n’importe lequel –, on est surpris de son éternelle jeunesse, plus fraîche que les torrents d’écume dans les montagnes. Par contre, si l’on revoit un auteur réaliste – par exemple Jacques Prévert –, on est contraint de respirer une odeur de putréfaction. Pourquoi ce contraste ? C’est que la poésie ne peut vivre que dans l’immense lumière de l’idéal. Comme la mouette, l’albatros et le condor, elle traverse les orages monstrueux et plane dans les hauteurs d’un bleu noir cisaillé d’étoiles.

lire plus

Neuf sages

Sous l’oeil bleu de Minerve
Neuf sages nous observent.
Sur les monts et les eaux
Chacun a son oiseau.

Au chant de l’alouette
Sakyamuni nous guette,
La palombe aux doux cris
Nous livre Jésus‑Christ…

lire plus